vendredi, décembre 28


ma belle tunisie, tes courbes enjolivent l'afrique, ta crête défie l'europe, tes couleurs, ta joie ta séduction ??
A ce pays que j'aime tant, je dédie un premier article.

mon pays me hante, il peut tellement faire mieux mais ces gens preferent rotir au soleil...nos bureaux sont vides mais nos cafés sont pleins, on dit que le pays va mal, mais les caddies debordent, on dit que la jeunesse est bafouee mais nos boites ne desempilent pas...
ce pays de toutes les contradictions m'a vue naître, grandir, tellement que je m'éloigne et le regarde de loin, aussi tendrement qu'une mère, aussi froidement qu'un scalpel...c'est une Tunisie en rouge que j'ai vu, une Tunisie en fête, déchirée et heureuse de l'être entre tradition et émancipation. la Tunisie est singulière...

4 commentaires:

illucionist100 a dit…

c(est koi sça demoiselle c'est un bon sujet mais la foto n'est pas c'est pas le bienimage de tunisie

mima a dit…

c'est à l'image du paradoxe tunisien, on peut pas se voiler la face, la tunisie n'est pas une medaille, elle aussi son revers...

viol a dit…

Il parait que c'est le progrès comme si ces formes étaient nouvelles et n'avaient jamais existées dans la pénombre de l'histoire . On en arrive à s'offrir ainsi pour espérer atteindre plus rapidement son objectif . La femme appâte et consomme, elle ne veut plus être consommée, mais elle a oublié qu'a ce jeu là, c'est toujours le mâle qui a le dernier mot et elle finit toujours par se consummer sous le feu de la douleur après avoir été rejettée comme un objet usagée.
Triste sort pour ces femmes qui espéraient que de cette manière elle seraient l'égale de l'homme .Ce corps et ce ventre prêt à s'arrondir seront toujours là pour lui rappeler que des millénaires durant l'homme est resté homme est la femme est resté femme et cela quelque soit l'effort qu'ils consacreront à s'en libérer . Seule la complémentarité et le besoin l'un de l'autre persisteront à les guider l'un vers l'autre et non l'un contre l'autre dans la rivalité .

mima a dit…

ce n'est pas faux mais c'est assez réducteur je trouve, la part de féminité bouffe la part de maternité et c'est pour ainsi dire vrai jusqu'à ce que l'horloge biologique rappelle a l'ordre.au delà des considérations physiques, notre pays est paradoxal, 50 après le code des statuts personnels, la femme tunisienne vacille...maios quand un droit n'est pas difficilement acquis, il n'est pas souvent reconnu a sa juste valeur.
c'est la femme arabe qui a tout eu facilement sans presque rien tenter pour l'avoir, le combat des marocaines ou des egyptiennes est tjrs d'actualité.