mardi, février 24

Des zapri au riz...


Il paraît que les continents s’éloignent et se perdent dans l’océan, que le gens s’entretuent pour une parcelle de terre qu’un jour, ils détruiront…
Il paraît qu’on est six milliards, un seul, cent ans plus tôt, et 9, 20 ans plus tard…
Il paraît que le pouls ne tient qu’à un fil, que le temps nous est compté…il paraît aussi que la vie est une maladie dont on meurt lentement et dont on ne guérit jamais…
Il paraît que les sentiments se transmettent dans les gênes et dans le sang.
Il paraît que sur terre, on tue des enfants pour détruire des maisons…
Il paraît aussi que cet univers est né d’une explosion, depuis 15 milliards d’années et que si l’on nous dessinait sur une toile, nous serions de la poussière d’étoiles…
Il paraît que la terre s’épuise, qu’elle s’éventre, et qu’elle chauffe, et que les glaces fondent et que la mer monte…il paraît pourtant que nous manquons d’eau et qu’aussi avec ça, il y’ a des villes qui se noient…
Il paraît que l’amour se code dans les gènes, et qu’il faut croire aveuglément en tous les « je t’aime »…
Il paraît qu’il y ait encore des gens pour penser que ça n’arrive qu’aux autres, qui appellent leur insouciance espoir, qui, dans leur ignorance, se vautrent.
Il paraît que quand tu regardes l’abysse, l’abysse regarde en toi… et que quand le tonnerre gronde c’est l’éclair qu’on voit…
Mes à priori, je les couche sur papier pour ne plus compter sur le paraître de l’être…
Ils ont parié aussi que le soleil tournait autour de la terre, et ont perdu le pari, ils ont un jour cru que l’âme a des atomes mais ne l’ont jamais su…
Je ne perçois que ce que je vois, crois qu’en ce que je pense, ne touche que le tangible et n’entends que le silence et ils pourront me dire des « il paraît et semble », j’ai déjà compris, tout compris des mots que les gens commencent par l’hypothétique peut-être…ces mots sonnent creux, mensonges masqués... en demi-vérités.

3 commentaires:

عياش مالمرسى a dit…

J'aime bien votre style, quoique je ne suis pas d'accord sur la fin: la confiance en les sens est en elle-même une hypothèse: l'hypothèse que nos sens voient juste.

mima a dit…

oui parfaitement, je suis empiriste jusqu'au bout des angles...:-) mais c'est une manière comme une autre d'appréhender les expériences, la vie, l'univers, l'existence.

Sarah a dit…

L'amour se code dans le gènes :-) Faut il croire en tous ces "je t'aime"..
Croire? Croire aux "je t'aime" est plus difficile que ça en a l'air.
J'adore tes écrits !