jeudi, août 20

De l'origine du Masochisme




J’habitais Sfax, j’avais 15 ans, fraîchement entrée au Pilote et visitant Tunis pendant les vacances, je ne manquais pas une occasion pour rendre visite à la libraire de la Rue de Russie, j’achetais des livres en gros, je lui disais : tout ce qui est bien, je m’en fous…il faut dire que je continue à lui dire la même chose et il pense toujours que j’habite Sfax et que je viens spécialement pour lui.

Et donc, à 15 ans, lors de ces visites étranges, j’achetais un livre étrange : « Vénus à la fourrure », je ne connaissais rien des « perversions » humaines voulues et assumées, je pensais que tout le monde n’aimait pas se faire mal...il se trouve que je venais de lire le livre emblématique de Léopold Von Sacher-Masoch…celui qui donna son nom au masochisme…

Le livre est assez curieux, il n’est pas choquant, dans le vrai sens du terme, quand on a lu Lunar Park et toute la compagnie des psychopathes américains déguisés en écrivains, un roman du 19ème siècle ne pouvait se comparer aux obscénités américaines…mais tout de même, ce livre est étonnant, je découvre un narrateur que je soupçonne d’être auteur, qui signe un contrat avec une femme, pour qu’elle le torture, qu’elle refuse toutes ses supplications, qu’elle le fouette…bien sûr, le tout dans un style à peine érotique où on a l’impression que ce n’est pas une relation amoureuse mais juste un pacte de torture…

J’en suis restée médusée…je découvris le masochisme…quelques années de maturité en plus, et d’observation surtout, je découvrais horrifiée que nous sommes TOUS masochistes…oui, tous, nous avons tendance à l’auto flagellation, nous signons un pacte avec nous-mêmes, de pleurer secrètement notre solitude et puis, nos problèmes de cœur, nous faisons un pacte pour stresser sur des choses tout à fait gérables, de se rendre malades à fumer des saloperies et de sortir les cheveux mouillés…

Moi par exemple, je sombre dans la dépression dès que je passe deux jours enfermée chez moi, et je pique des crises de colère quand je dois gérer 4 sorties par jour…je me lamente sur mon sort, et quand tout va bien, je relis d’anciens mails (le genre qui te font remuer le couteau dans des plaies à peine cicatrisées)…parfois je fais exprès de remuer mes anciens démons, et quand je sors dans un endroit où j’ai vécu un bon souvenir ET un mauvais souvenir et bien je fais exprès de faire ressurgir le mauvais moment..Rien que pour pincer mon cœur, je souffre donc, je vis…

Etre femme (ou fille, ou dame) suppose qu’on a une bonne dose de masochisme en nous, nous adorerions avoir des bambins qui nous feront voir de toutes les couleurs rien que pour les mettre au monde (il faut dire qu’ils nous font aussi entrouvrir le monde merveilleux de la maternité, mais pour développer, j’attendrais Mai) et nous ne voulons que les histoires impossibles…et notre devise : souffrir pour être belle!

Est-ce qu’ils souffrent EUX, pour être beaux ? même pas, ils ont leurs rasoirs qui vont bientôt être équipés d’anesthésiant local, au cas où ça pique un peu, 3 centimètres de cheveux sur leurs têtes qu’ils ne sont pas obligés de brushinguer ou de permanenter…et leurs poils ? Ils en sont fiers!

On se tape l’angoisse pour un rien, les hormones qui nous font pleurer sans raison et un amour génétique (programmé dans le chromosome X, actif que s’il y a un autre X avec) pour le chocolat.

En relisant le livre dernièrement, j’ai tiré la conclusion hâtive et définitive : sacher-Masoch est une femme !

3 commentaires:

Tunisia Mum a dit…

Wahou...
Je sais même pas si je peux dire autre chose que ... wahou...
C'est pas faux que nous sommes maso...
M'en était pas rendu compte... Mise à part dans les relations conjugales peut être...
Sans aller jusqu'à la torture...
L'homme est tellement bizarre...

Mima a dit…

oh TM salut ! merci pour le wahou ! nous nous rendons pas compte hein? :-)

Nawras a dit…

Oué moi aussi je le reconnais : maso mais grave!! Et je pense en même temps que je peux pas vivre sans souffrir.. ni souffrir sans écrire :)