vendredi, août 21

Ode A l'Obe


Plus de mots ce matin, une douce complainte monte du sol, le doux ronronnement de ma machine et les voitures qui font leurs chemins et qui saccadent de lumière, le sombre écrin de mes prières…
Plus de sens ce matin, je ne veux rien penser de plus profond que ma surface, je ne veux que ressentir la texture du plastique qui se tord et le doux froid qui m’endort…
Je n’aspire qu’à m’abreuver de ces petites leçons de vie, comment bruissent les arbres à l’aube, comment parviennent les bruits de loin, et le soleil encore timide qui se pointe à l’horizon…
Je me dis non, je n’écrirais rien sur le dedans, je me sens vide, je me sens flotter, mes pensées sont si futiles, devant le fil…que tisse l’araignée de ce balcon…mon cœur est bien trop petit devant la grandeur de l’horizon…
J’ai trop écrit autour de moi, j’ai trop parlé de mon nombril, de mes émois... et alors que le monde bouge, que le monde vit, que des gens meurent, j’ai peur…d’avoir trop raconté ma vie.
Il y a ce bruit de moteur, celui qui nettoie l’asphalte…il y’a ce bleu qui m’étreint, qui m’enveloppe comme un manteau de fraîcheur et le doux chant des oiseaux…le monde est beau.
Plus de pensées pour ce matin, je ne méditerais plus rien…je caresserais la surface de ma conscience, des ronds dans l’eau, le monde est beau.
Même la ville est poètique sans frénésie, même le bêton s’oublie…le minéral dans toutes ces pierres qui montent et montent…les minarets se perdent dans le sombre ciel qui s’éveille…
Mais l’instant de l’aube est fragile et ne dure qu’un temps…s’éteignent les feux des routes désertes quand de loin un rayon frôle le bitume…pluie de lumière, qui saccade le sombre écrin de nos prières.

4 commentaires:

cauchy a dit…

pas mal comme texte.

Tunisia Mum a dit…

Pas mal? C'est tout?
Mima a une plume que peu de personne peuvent égaler je pense...

Mima a dit…

mirci mirci, si c'est pas de la gentillesse ça !! :-)

sierva a dit…

j'ai adoré ce texte!

je suis officiellement fan!